Petit guide à l’usage de ceux qui veulent vendre un bateau au Panama…

Ce qu'il y a de bien en voyage, c'est qu'on ne cesse jamais d'être surpris. La routine n'est pas une option envisageable, c'est tout.

Comme je vous l'indiquais dans mon précédent post que vous pouvez encore lire ici, lorsque nous avons mis le bateau en vente, nous pensions que les deux difficultés principales résideraient dans :

–finaliser les dernières réparations du bateau pour la mise en vente, le tout dans un contexte panaméen.

–et… trouver un acheteur (Blondie, le bon sens près de chez vous.).

Si finaliser les travaux à bord furent un bon parcours du combattant, mais parcours du combattant prévisible et d'ailleurs prévu, trouver un acheteur, finalement, fut une partie de plaisir. Bon d'accord, je vous l'accorde, c'est le broker qui a trouvé l'acheteur.

Mais quand même… C'est Pescatorus qui faisait faire les visites du bateau.

Avec les commentaires qui allaient avec (J'essaie de battre le record du nombre d'avec dans la même phrase)….

Je l'avais bien briefé, ne pas passer son temps à parler de pêche, parler du bateau AUSSI. Ne vous gaussez pas, apres 6 ans a bord, cette precaution ne paraissait pas superflue.

D'ailleurs ce conseil de ne pas parler de pêche était inutile, heureusement pour lui il ne m'écoute pas. (Pescatorus, le bon sens près de chez vous).
Pourquoi était-il inutile ce conseil, allez vous me demander?
Parce que les gens qui veulent acheter un bateau sont majoritairement des hommes, avec un petit h et un instinct primitif de pêcheur semblant se réveiller dès qu'ils posent un pied sur l'objet de toutes leurs convoitises.

Les acheteurs de bateaux sont des Pescatorus en puissance, telle est la conclusion à laquelle je ne peux manquer d'aboutir.

Malgré six années à bord, je reste sidérée, oui oui sidérée, n'ayons pas peur des mots, par la quantité de choses que l'on peut dire sur une canne à pêche, objet qui, pour moi, est se résume à un fil au bout d'une canne.
Les conversations tournent egalement autour des exploits de pêcheur des bonhommes et impliquent la description de leur prises passées, prises dont la taille ferait rougir la sardine du port de Marseille.

« Euh…. tu es vraiment sur qu'on a péché un thon de 55 kg?"osai-je m'aventurer avant de recevoir une fin de non recevoir.
Mais je m'égare, je m'égare.
Une fois l'acheteur trouvé et ferré, nous avons commis une nouvelle erreur.
Celle de penser que tout était presque terminé, que la vente était presque bouclée.
Mazette. Que nenni.
Le jour de la visite, l'acheteur nous indiquait vouloir effectuer de menus travaux à bord avant de prendre le bateau et de partir récupérer ses parents adoptifs aux États-Unis pour leur offrir une croisière à bord qu'il voulait inoubliable.
Le lendemain de la visite, après avoir passé l'après-midi de la veille en compagnie du broker, il avait changé d'avis. Il voulait toujours acheter le bateau, mais, faire des gros travaux (c'est là que je dois préciser que le maître d'œuvre de ces travaux sera le broker) et faire travailler le bateau dans une société panaméenne qui en aurait la propriété afin de faire du charter de luxe dans les San Blas, des îles ou il n'a jamais mis une coque de sa vie.
Et si je dis ça, c'est que ce n'est pas complètement anodin que de faire du charter dans les îles sans Blas (nous en avons fait l'experience durant une annee).

Contrairement aux îles des Antilles, il n'y a aucune marina, aucun supermarché, aucun bar, peu de produits frais (avec des conditions sanitaires que je vous laisse imaginer), aucune possibilité de réparation du bateau en cas de problème, soit une logistique relativement compliquée à mettre en place avant de se lancer dans le business.Il est préférable d'avoir quelques relais à terre sur le continent en cas de problème.

La marina la plus proche est à une journée de navigation après quoi vous aurez encore deux heures de route pour ravitailler. Autant vous dire qu'il ne vaut mieux pas oublier le sel.

Bref.
Une fois notre surprise passée devant ce revirement de situation, finalement nous nous sommes dit que ce n'était pas grave pour nous car tout ce qui nous importait était qu'il nous achète le bateau.
Par contre le fait de vouloir créer une société au Panama, société qui serait l'acheteur de Namaste, aurait dû laisser tout de même présager des difficultés de mise en œuvre.

La vie n'est pas un lagon tranquille, sinon ça se saurait.
Les choses se sont compliquées quand l'avocat en charge de la création de la société panaméenne pour notre acheteur gringo s'en est mêlé.
Il est bon de savoir qu'ici, au Panama, le titre d'avocat semble parfois un peu, comment dire, galvaudé…
Una ami m'a indique avoir eu a faire a un coursier se prétendant avocat… Il semble même que, étant donné que l'activité principale de cette profession et d'imprimer des documents officiels, les faire apostiller, les faire certifier, il vaille parfois mieux avoir un bon coursier qu'un mauvais avocat.
La première mission de notre avocat a été d'enregistrer la société de notre acheteur et de lui trouver un représentant légal en la personne de… sa femme.

Ce serait donc elle qui signerait le contrat de vente.

En toute rigueur, le contrat aurait dû être rédigé en trois langues, l'espagnol langue officielle du Panama, l'anglais pour notre acheteur américain et le français pour les douanes françaises auquel le contrat serait envoyé pour la radiation de pavillon français de Namaste.
Le problème dans ces conditions la étaient que la traduction française du contrat devrait se faire par un traducteur officiel agréé par les tribunaux, puis apostille par l'ambassade française, puis certifié devant notaire, avant signature également devant notaire. Cela peut sembler rien mais on était parti pour un mois de rédaction préparation de contrats et franchement personne, à part l'avocat coursier, n'en avait envie.

Et comme il faut bien que les titres ou les diplômes à géométrie variable dans ce pays puissent également présenter des avantages nous avons proposé à l'avocat une solution alternative certes peu orthodoxe mais qu'il a acceptée.
Nous rédigerions un acte de vente pour le Panama en anglais et espagnol qui ne nécessitait aucune traduction officielle ni apostille ni tout le tralala car l'anglais est reconnu dans les administrations panaméennes (merci à la présence américaine) et le document destiné aux douanes françaises prouvant la vente de Namaste serait fait à part en anglais et français sans apostille ni tout le tralala puisque cela n'est pas requis en France pour un acte de vente.

Cette procédure, approuvée par le broker, le vendeur, l'acheteur l'a été également par l'avocat qui a cette date, semblait avoir compris ce que nous voulions faire.
Nous prîmes rendez-vous pour signer les papiers une semaine plus tard date à laquelle la société panaméenne serait enregistrée et sa représentante légale, à savoir la femme de l'avocat, disponible pour aller signer l'acte de vente devant notaire. Sauf que…
Le matin du jour dit, l'avocat téléphone, il n'avait préparé que le contrat en anglais espagnol. Nous lui expliquons la nécessité d'avoir un deuxième contrat en anglais français pour les douanes françaises. C'est alors qu'il nous explique qu'il faut un traducteur officiel, l'apostille, certifiés conformes, bref tout ce dont nous avions parlé une semaine auparavant et sur lesquels nous nous étions accordés. Il semblait l'avoir oublié. Passablement énervé, nous le renvoyons vers le broker afin que ce dernier lui passe un savon en bonne et due forme.
Quelques minutes plus tard, il nous rappelle, tout est réglé.

Nous nous retrouvâmes donc près d'une heure en retard sur l'horaire dit chez le notaire pour la signature de l'acte en version anglais espagnol.
Les locaux du notaire ressemblaient à ceux d'un centre de sécurité sociale en France. Quand je pense à la superbe bâtisse 18e de mon notaire français…..
C'est dans une pièce à la lumière blafarde de 3 m sur deux, en présence de l'hôtesse d'accueil, que nous signames le contrat.

Le contrat, en un seul exemplaire.

Ce qui, à part Xavier moi, ne semblait étonner personne. À croire, que c'était encore une excuse, pour faire des photocopies, des apostilles, des certifiés conformes.

Nous prîmes rendez-vous pour l'après-midi pour signer le contrat en version anglaise et française destiné aux douanes françaises pour la radiation de la masse et du pavillon français. Comme l'avocat ne semblait pas avoir de bureau, nous prîmes rendez-vous dans un café. L'avocat y viendrait avec le document préalablement signé par sa femme représentante légale de la société acheteuse et nous signerions le contrat.
L'après-midi à l'heure dite, nous arrivons au café point de rendez-vous, et, l'avocat était bien la, certes avachi sur son siège, mais il était là, ce qui constituait en soi un grand motif de réjouissance.
Nous nous installons afin de signer le contrat quand nous nous rendons compte qu'il n'a dans les mains qu'un téléphone. Pas de mallette, pas de cartable, pas de chemise ou pourrait se trouver le contrat que nous devions signer. Il était venu sans le contrat.Quel couillon.
Mais pourquoi est-il venu ?
Même après deux années au Panama, il a réussi à nous surprendre.

Il nous propose de chercher un cybercafé ou imprimer le contrat depuis son smartphone. Une fois le contrat imprimé il appellerait sa femme pour le signer ce qui etant donné la ponctualité qu'elle dont elle avait fait preuve le matin, laissait entrevoir un délai d'encore quelques heures. Nous étions réellement très agacés… dans un élan de réalisme l'avocat finit par nous proposer de repasser le soir avec le contrat imprimé et signé par sa femme.
Il repassa bien le soir en question avec malheureusement une mauvaise version du contrat… ne jamais sous-estimer sa capacité à faire toutes les conneries possibles. Il nous proposa donc de repasser le lendemain matin avec inch'allah la bonne version du contrat.
Donc éventuellement nous avons réussi à signer tous les papiers dans leur bonne version et leur bonne langue, alleluia.
Sur ces bonnes paroles, je file, et vous retrouverez bientôt pour vous compter quelques aventures de blondie et Pescatorus.
Hasta luego

6 commentaires sur « Petit guide à l’usage de ceux qui veulent vendre un bateau au Panama… »

  • J'en reste sans voix ( ce qui, pour ceux qui me connaissent , relève de l'exploit) ! J'étais sûre que tout était réglé, signe, fignole et j'en passe… ( ton dernier message disait " on signe demain" mais visiblement c'est de la même eau , si j'ose, que "demain on rase gratis" chez les coiffeurs, j'avais négligé le sous entendu " on signe demain à Panama" , ça change tout. 

    • Hum, sans voix, tu es sûre ?

      Toutefois nous avons avancé depuis l’écriture de ce post puisque l’argent a ete viré sur notre compte. Manquerait plus que les douanes françaises radient Namaste du pavillon français et ce serait Byzance… et non on ne s’installe pas à Byzance ! Mais que je suis drôle…

  • Ehhhhh…. Il est parti sans autorisation mon Reply !! Pffff… Ces nouvelles technologies… Bon, trop à raconter, trop de questions à vous poser, trop de risques sur le site ici présent – tout fiche le camp sans mon ordre-, plus de bois pour les signaux de fumée : je fais un mail. C'est plus sûr.  Ah, j'ajoute que Blondie ne doit pas stopper ses narrations : je me marre comme une baleine à chaque lecture. ( vieille expression  Palavasienne qui ne met en aucun cas et en cause mon aspect physique. Reste à savoir si les baleines sont plus rieuse que d'autres ?) . Donc, courage et persévérance ( classique mais joli, non?) et …Hasta la Victoria siempre…. 

    • Ah la la Maria, tu me flattes, surtout venant de toi qui écris si bien et qui est si drôle…
      Mais où en es-tu de l’écriture de ton blog ?
      Il faut que je t’écrive pour te filer 1 tuyau, à savoir le nom d’un logiciel de reconnaissance vocale qui permet d’écrire beaucoup plus vite.
      J’ai bien reçu ton mail merci pour toutes ces nouvelles je te réponds bientôt. Bises à tous les 2 et papouille à Jeannette
      Alexandra

  • Bien le bonjour à vous 2,

    Je savais que le commerce ne s'inventait pas et que certains avait la bosse pour du BUSINESS mais ce que tu racontes et à dégouter quiconque de vouloir faire du commerce international.

    Bises et à bientôt pour la suite du récit.

    Serge

    • Ola Serge,
      Je profite de ton commentaire pour rajouter quelques précisions.
      Il n’y a pas vraiment de bosse du commerce selon moi dans ce cas de figure, mais simplement 1 pays où le niveau d’éducation est très bas.
       Ici un ingénieur a à peine le niveau d’un bac dans un pays occidental, et un avocat celui d’une secrétaire juridique. 
      Ceux qui veulent réellement faire du business, de façon sérieuse, font appel à des avocats étrangers américains ou européens et non à des locaux qui ne font finalement que des tâches subalternes. 
      Comme disent les Anglais, there is no free lunch. 
      Notre acheteur américain fait l’erreur classique des personnes qui n’ont pas beaucoup voyagé, à savoir de penser que tous les pays fonctionnent comme les États-Unis ou bien comme l’Europe occidentale, alors que 80 % du monde vit différemment de nous puisqu’ils sont beaucoup plus pauvres et beaucoup moins éduqués.
      Or si c’est moins cher c’est qu’il n’y a pas de mystère les prestations ne sont pas les mêmes. 
      Mon acheteur pense avoir trouvé en 3 jours la poule aux oeufs d’or au Panama à savoir faire du charter dans les îles sans Blas. Il ne s’est pas posé la question de savoir pourquoi aucune compagnie de charter majeure telle que Moorings n’etait installee dans les îles. 
      Or la raison est simple, officiellement le charter est interdit, c’est une simple tolérance soumise a l’humeur des chefs de tribus des Indiens Kunas qui vivent dans les îles San Blas. Les quelques sociétés qui ont organisé du charter dans les San Blas passent beaucoup de temps à arroser ses chefs de tribus (et ça suppose de parler une autre langue que l’anglais), mais parfois ça ne suffit pas, quand ils se lèvent du mauvais pied ils peuvent bloquer la route et empêcher les touristes d’aller abord des bateaux charter. C’est arrivé quelquefois. Bref ce n’est plus vraiment mon problème mais les lois du Panama ressemblent plus à celle de la jungle que celle des États-Unis…

      Voilà voilà,
      je te fais 1 bise et à bientôt
      Alexandra

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *